WOW Cap Istanbul 2010 : Deuxième étape : il faudra rester philosophe


520 milles à parcourir dont les quatre cinquièmes en navigation hauturière, une situation météorologique qui annonce un parcours très peu venté, les solitaires vont devoir faire leur les préceptes des Stoïciens et s'armer de patience sur la route qui mènera vers le Péloponnèse. A la bouée de dégagement, c'est Ronan Treussart (Lufthansa) qui prenait la tête de la flotte


© Jacques Vapillon - Départ de Ragusa
© Jacques Vapillon - Départ de Ragusa
Qui sait à quelle sauce les solitaires vont être mangés sur cette deuxième étape ? A priori, les dernières prévisions météorologiques laissent entrevoir une étape qui traîne en longueur à nouveau. Un léger flux d'Ouest accompagnera la flotte pour quitter les côtes de Sicile, mais dès la première nuit, il devrait mollir sérieusement. Ce qui promet quelques journées difficiles pour rejoindre les côtes du Péloponnèse et l'île d'Anticythère, première marque de parcours vers Athènes. Une fois passée cette première marque, la flotte montera alors sur l'île Falkonera, une des îles Saroniques. A la navigation en haute mer, propice à des choix stratégiques affirmés, devrait donc succéder une navigation plus proche des côtes où les solitaires vont devoir apprendre à composer avec les dévents des îles, les perturbations du relief. Dernière marque à virer en baie du Pirée, l'île Flavis permettra surtout aux solitaires de se tenir à l'écart du trafic maritime intense au départ de la capitale de la Grèce. Mais auparavant, il aura fallu venir à bout des cent derniers milles de la course, qui risquent d'être tordus à souhait. Bref ! Une étape qui, au vu des prévisions météorologiques, pourrait creuser des écarts considérables si, par malheur, des concurrents restaient englués dans des bulles sans vent entre la botte Italienne et la péninsule Grecque. Mais la première étape promettait déjà de tels dangers et l'on a vu ce qu'il en était, tout au moins pour les bateaux aux avant-postes. Pour ceux-là, c'est comme un départ de zéro.

Départ mouvementé


Il y a des jours comme çà, où tout va de travers. Le vent d'Ouest, sans être très fort, avait dimanche laissé sur le plan d'eau un clapot court qui prenait un malin plaisir à faire déraper les bouées mouillées par le comité de course. C'est donc avec un léger retard d'une trentaine de minutes que la procédure était lancée. De même, à la marque de dégagement, c'est le catamaran de la direction de course qui faisait office de bouée.

Au top départ, toute la flotte était concentrée au bateau comité et d'emblée Jeanne Grégoire (Banque Populaire), Gildas Morvan (Cercle Vert) et Eric Drouglazet (Luisina) prenaient le meilleur départ. Légèrement à leur vent, mais en deuxième rideau, Ronan Treussart et Damien Guillou (Solidarité Mutualiste) viraient immédiatement, imités aussitôt par Jeanne Grégoire et Erwan Tabarly (Nacarat). Ce bord à terre allait se révéler particulièrement judicieux et Ronan Treussart, décidément bien inspiré sur les premiers bords, puisque déjà au départ de Hyères, il pointait aux avant-postes et se détachait de ses poursuivants.

A l‘arrivée sur le catamaran qui faisait office de marque au vent, les choses se compliquaient : nombre de concurrents ayant sous-évalué l'influence du courant généré par le vent, se trouvaient contraints de virer de bord et de revenir bâbord amure. Ronan Treussart, le premier engageait ainsi deux petits virements de bord pour passer la marque sans difficulté, tant son avance était confortable. Derrière lui, c' était une autre musique et au sein de cette flotte compacte, plusieurs collisions étaient évitées de justesse grâce à l'habileté des solitaires, mais non sans force protestations. Quelques coureurs perdaient gros dans l'affaire, tel Eric Drouglazet coincé entre deux concurrents arrêtés ou bien encore Eric Péron (Skipper Macif 2009) comme Anthony Marchand (Espoir Région Bretagne). Rapidement, toute la flotte envoyait le spi et commençait sa longue descente vers la pointe de la Sicile. Rien de tel qu'un long bord de portant pour se remettre de ses émotions.

Pour en savoir plus : www.capistanbul.com


CP Marie Le Berrigaud-Perochon - Etoile de Mer - 27 Septembre 2010

Dans la même rubrique :
< >



S'identifier



Suivez-nous
App Store
Androïd
WP7
Rss
Twitter
Google+
Facebook
YouTube
Dailymotion
Vimeo



Partager ce site

Les membres
YachtClubCarnac
Watteo
vogavecmoi
vsbat
nauticom
tropical
navikayak
locasail83150
sailndream
everdan
RotoWind
cnvenetes
bretweb
TYPINTA
olive
AFPS
kmnautisme
vdesign
4sardines
Centrenautisme
uship
youboat
nauticaitaliana
oligo
forwardsailing
YACHTPORT
yhuel-nautisme
CrisCat



Les membres
YachtClubCarnac
Watteo
vogavecmoi
vsbat
nauticom
tropical
navikayak
locasail83150
sailndream
everdan
RotoWind
cnvenetes
bretweb
TYPINTA
olive
AFPS
kmnautisme
vdesign
4sardines
Centrenautisme
uship
youboat
nauticaitaliana
oligo
forwardsailing
YACHTPORT
yhuel-nautisme
CrisCat