Environnement et développement durable au cœur des préoccupations de l'America’s Cup World Series


En ce lundi sans régate, la communauté de l’America’s Cup a donné de son temps et de son énergie pour contribuer aux efforts de conservation du littoral et de protection du milieu marin, tant au niveau local à Plymouth, que dans un contexte mondial.


Environnement et développement durable au cœur des préoccupations de l'America’s Cup World Series
Ce matin, des représentants des équipes, y compris les skippers, et des membres de l’organisation se sont réunis au National Marine Aquarium afin de participer à une opération de protection du littoral en ramassant des déchets, et notamment les matières plastiques, sur deux plages de Plymouth. Cette opération fait suite à la première action menée au Portugal lors des America’s Cup World Series - Cascais.

"Nous avons pensé qu'il serait bien de profiter de cette journée de congé pour contribuer aux efforts de développement durable menés par l'organisation, » a déclaré Vasilij Zbogar, skipper du syndicat espagnol Green Comm Racing. « Le mot vert (green) dans le nom de notre équipe n’est pas seulement une histoire de rhétorique mais fait partie de notre identité. Nous voulons montrer qu’il est possible de respecter l'environnement sans compromettre pour autant sa compétitivité. C'est pourquoi, nos gars se sont rendus à la plage ce matin, afin de contribuer à l’effort global. »

Plus tard dans la journée, un Forum s’est tenu au village de course proposant des débats impliquant quelques-uns des ténors de la protection marine et de la recherche. Animées par Paul Cox, Directeur des Sciences et de l’Enseignement du National Marine Aquarium de Plymouth, les discussions ont porté principalement au sujet des zones maritimes protégées.

Dr. Sylvia Earle, océanographe, exploratrice, maître de conférence et chercheur, a déclaré que, si nous souhaitons restaurer la bonne santé des océans, le temps presse de façon inquiétante : « Nous constatons dans les zones protégées que, en seulement deux ou trois ans, les poissons sont plus gros, plus nombreux, et qu’il y a une plus grande diversité de la vie en général. Ce qui prouve que la formule fonctionne, » a-t-elle déclaré. « Désormais, nous pouvons agir en connaissance de cause. Seulement environ 1% des océans bénéficie d’une certaine protection et une infime partie de ces 1% est sans danger pour les homards et les crevettes. Il est étrange que nous considérions nos océans comme acquis. Ils nous permettent de vivre, génèrent la plupart de notre oxygène et conduisent le cycle du carbone. L’idée qu’il faut agir est belle mais il est temps de la mettre en œuvre. »

Jason Hall-Spencer est biologiste marin à l'Université de Plymouth. Pour lui, les zones marines protégées sont un élément clef de la protection des océans : « Nous avons des sites de plongée de rang mondial dans le Sud-Ouest de l'Angleterre. Nous avons des zones protégées et la baie de Plymouth en est une. Le plus gros et rare mollusque du Royaume-Uni vit aux pieds du Hoe et, ici, vous n'êtes pas autorisé à jeter l'ancre. »

Dr David Gibson, Directeur du National Marine Aquarium, a aussi précisé que c'est à chacun de prendre ses responsabilités pour améliorer la santé des océans. « Le changement le plus efficace que les gens peuvent faire dans leur vie est de réduire l'empreinte carbone de leur maison », a-t-il déclaré. « En effet, la plus grande menace pour les écosystèmes mondiaux est le changement climatique qui a le potentiel de détruire le plancton et le phytoplancton qui sont les sources majeures de l'oxygène dont chacun a besoin pour vivre. »

Craig Thompson, Président d’America’s Cup Event Authority, a quant à lui rappelé le lien naturel entre l’America’s Cup, le plus vieux trophée sportif au monde, et la préservation des océans : « Avec l’America’s Cup, nous avons une occasion unique que la plupart des autres sports n'ont pas. Notre discipline se déroule sur l’eau, nos athlètes aiment la mer et nos bateaux utilisent la puissance du vent. C’est pourquoi nous sommes convaincus de la formidable occasion qui nous est offerte de relier l’America’s Cup à la protection des océans. »

Les organisateurs ont développé America’s Cup Sustainability Series afin d’agir sur les questions urgentes de développement durable concernant la santé des océans. À chaque événement de l’America’s Cup, des activités de conservation seront mêlées au programme sportif afin de sensibiliser la population aux sujets de protection des océans et des efforts de conservation.

En plus de ce programme, la protection de l'environnement et des océans accompagne l’America’s Cup partout où elle se rendra jusqu’à son dénouement en 2013.
Les organisateurs de l’évènement utilisent la plate-forme internationale de la 34e America’s Cup pour toucher ceux qui, dans le monde, ont une affinité avec les océans, pour les motiver à agir. Dans ce cadre, les organisateurs se sont engagés à développer un nouveau modèle pour la voile en s'associant à Sailors for the Sea et leur programme Clean Regattas.


America’s Cup - 13 Septembre 2011

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 9 Mars 2014 - 21:34 Ecoute ta mer !





S'identifier

Suivez-nous
App Store
Androïd
WP7
Rss
Twitter
Google+
Facebook
YouTube
Dailymotion
Vimeo



Partager ce site

Les membres
YachtClubCarnac
Watteo
vogavecmoi
vsbat
nauticom
tropical
navikayak
locasail83150
sailndream
everdan
RotoWind
cnvenetes
bretweb
TYPINTA
olive
AFPS
kmnautisme
vdesign
4sardines
Centrenautisme
uship
youboat
nauticaitaliana
oligo
forwardsailing
YACHTPORT
yhuel-nautisme
CrisCat